L’épreuve orale terminale

Cet article a été publié avant la parution officielle des modalités de l’épreuve. Nous publierons une mise au point sur ces nouvelles dispositions dans les jours qui viennent.

Les modalités de l’épreuve orale terminale du baccalauréat 2021 sont en passe d’être précisées. Tableau XXI souhaite d’une part informer sur cette épreuve, d’autre part exprimer ses voeux.

Cette épreuve, voulue par le ministre de l’Éducation nationale, fait partie des quelques épreuves terminales subsistant dans la nouvelle architecture du baccalauréat. Elle durera vingt minutes et comptera pour 10 % de la note finale. Son contenu portera sur un projet conçu par le candidat et adossé aux enseignements de spécialité qu’il a choisis. Son objectif est notamment d’évaluer la connaissance de la langue française (être capable de s’exprimer en un français correct) et d’évaluer la compétence du candidat à argumenter avec rigueur et précision. Cette épreuve évaluera enfin les connaissances acquises dans les enseignements de spécialité concernés.

Deux notes de service sont en préparation dont AEF info vient de dévoiler les grandes lignes. Si l’on en croit cette agence, voici quelles seraient les caractéristiques de cette épreuve orale : 5 minutes de présentation sur la (ou les) spécialité(s), 10 minutes d’échanges sur le sujet, 5 minutes sur le projet d’orientation.

Dans l’attente de précisions concernant le contenu de l’épreuve, voici ce à quoi Tableau XXI est attaché :

  • Une épreuve du baccalauréat doit valider des connaissances et des compétences. Elle ne saurait se limiter à un exercice de virtuosité rhétorique, qui pourrait encourir le reproche d’être pauvre en contenu.

  • L’épreuve orale ne doit pas reproduire ou s’inspirer des TPE qui ont montré toute leur vacuité.

  • Nous pensons qu’il est peu pertinent de transposer le modèle du colloquio italien au système français. Le colloquio porte sur l’ensemble des matières et ferait donc doublon avec les autres épreuves du baccalauréat.

  • Nous nous interrogeons sur la pertinence d’évaluer les choix d’orientation des élèves à un moment où la plupart ont déjà eu les résultats de Parcoursup.

Notre collectif a choisi de ne pas se complaire dans une posture négative ; nous voulons être force de proposition. C’est pourquoi nous formulons les recommandations suivantes :

  • L’épreuve orale ne doit porter que sur les enseignements de spécialité.

  • L’épreuve orale doit montrer que l’élève maîtrise les fondamentaux de ses deux enseignements de spécialité.

  • L’épreuve orale doit apprécier une capacité à s’exprimer à loral, de même que les épreuves écrites doivent apprécier une capacité à s’exprimer à l’écrit.

  • L’élève choisit le sujet sur lequel il souhaite travailler. Ce sujet doit être validé par ses enseignants de spécialité. En terminale, l’élève prépare de façon autonome son intervention, une fois les deux épreuves écrites de spécialité passées au printemps, démontrant ainsi toute son aptitude à évoluer dans l’enseignement supérieur. L’élève fera ainsi la démonstration de ses capacités à sorganiser, à se documenter et à se préparer à une épreuve.

  • Le jury ne doit pas être composé des professeurs ou anciens professeurs de l’élève.

Il nous semble important que cet exercice ne sombre pas dans les dérives habituelles des précédentes tentatives transdisciplinaires d’évaluer l’oral. Cette épreuve doit être exigeante pour être bienveillante.

partager cet article....
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *