Tous les articles par tableau21

Pour une école fière et attractive

Le constat est sans appel : l’école n’attire plus et ne fait plus rêver. Il est en effet loin le temps où Albert Camus remerciait M. Germain, son instituteur, à l’occasion de la réception du prix Nobel. Aujourd’hui l’autorité du professeur n’en finit plus d’être remise en question. Les valeurs républicaines de l’effort et du respect des règles ne résistent plus à la logique de la facilité et de l’immédiateté.

Continuer la lecture de Pour une école fière et attractive

Penser la retraite des enseignants

Synthèse des premières réflexions au regard de la réforme des retraites

La réforme des retraites amène à repenser l’École. Notre association se propose de donner des pistes de réflexion à partir d’expériences de terrain afin de rendre l’action de chacun plus efficiente au service de tous les élèves. 

Les obligations réglementaires de service des enseignants pourraient varier en fonction de l’âge. 

Cette modulation au fil de la carrière (allégées en début et fin de carrière ; augmentées en milieu de carrière) nous ont fait réfléchir à plusieurs possibilités :

I. Tableau XXI propose un arrêt progressif de l’activité des enseignants :

L’idée principale consiste à réduire progressivement le temps d’enseignement devant les élèves en classe complète pendant les cinq dernières années avant la retraite. Ceci devrait être une possibilité et non une obligation en proposant, par exemple, un mi-temps intermédiaire payé à 75% du salaire. 

Pour cela, différentes activités complémentaires pourraient être proposées en fin de carrière, au choix : 

– compagnonnage et/ou tutorat de nouveaux enseignants avec des classes partagées ;

– tâches administratives (exemple pour le premier degré : accompagner les tâches administratives des directeurs d’école) ou d’accompagnement des personnels dans le cadre des ressources humaines de proximité. 

– participation à des dispositifs tels que « devoirs faits » ;

– aide aux élèves à besoins éducatifs particuliers après complément de formation ;

– participation à des dispositifs innovants, tels que des projets pluridisciplinaires (exemple : parcours linguistiques dans toutes les matières). Ces professeurs expérimentés pourraient les piloter et faire du lien entre les différentes disciplines en proposant des projets concrets et motivants pour nos élèves ainsi qu’une riche concertation entre les différents membres de la communauté éducative.

II. Il nous faut PENSER l’École, c’est-à-dire chercher des solutions afin de réaménager l’espace, pour permettre des échanges riches et constructifs entre tous les acteurs de notre École mais également avec des partenaires extérieurs. Les collectivités territoriales concernées seront associées à cette réflexion afin de prévoir des conditions d’accueil à la faveur des réaménagements des entités scolaires. 

III. Le temps de présence dans les établissements devrait évoluer pour justement permettre un autre type d’enseignement en accord avec les problématiques de notre temps :

a) pour être plus disponibles auprès des élèves en grande difficulté bénéficiaires de plans personnalisés (PPRE, PAP, PPS), de suivis de type REE, RESS, ou simplement auprès d’élèves nécessitant plus de temps d’accompagnement ;

b) pour pouvoir proposer des projets amenant une concertation plus efficiente avec les familles ;

c) pour créer des partenariats avec des personnels hors éducation nationale et être vraiment en adéquation avec les besoins de notre société (exemples : sensibilisation aux risques liés à l’omniprésence des écrans et à la cybercriminalité, développement de projets citoyens entre élèves, de liens formalisés avec le milieu professionnel) ;

d) pour disposer, de manière régulière, de temps d’échange communs en vue d’une concertation plus systémique :

– aide qui pourrait être apportée au pilotage pédagogique des établissements,

– travail autour de la conception d’évaluations départementales, académiques ou nationales, de recommandations pédagogiques diverses et concrètes issues des années d’expérience dans l’éducation nationale, d’analyses de manuels scolaires ou de méthodes d’apprentissages. 

Un encadrement pourrait être assurée par des conseillers pédagogiques ou des formateurs académiques qui verraient également leurs missions renforcées.

e) pour réaliser un travail sur la base du volontariat, en lien avec des chercheurs (théorisation, travaux de recherche-action en vue de publications et/ou de concertations inter-établissements) ;

f) pour bénéficier de formations en distanciel dans le but d’enrichir ses compétences disciplinaires ;

g) pour bénéficier de meilleures conditions pour corriger ses copies et préparer ses cours. 

IV. La question épineuse de la revalorisation salariale :

La mise en place de la réforme des retraites est l’occasion de repenser la part des primes dans le salaire des enseignants.  Il doit comporter une part fixe (liée aux nouvelles modalités d’exercice) ainsi qu’une part variable constituée de primes valorisant l’investissement du professeur.